Charpente traditionnelle en chêne vieilli

69300 Caluire

Extension d'une maison du début des années 1900 en charpente traditionnelle en chêne vieilli.
L'objectif recherché pour cet ouvrage est une isolation performante, qui sera réalisée par la pose d'une fibre de bois de 200 mm en sarking (par l'extérieur), additionnée d'une isolation entre chevrons de 120 mm d'épaisseur en fibre de bois flexible.
Cette charpente traditionnelle en chêne vieilli est bâtie sur le deuxième niveau de la maison et est destinée à créer une chambre avec une salle de bains et un WC.
Toutes les parties visibles de la charpente sont en chêne massif pour profiter au maximum de ses usages nobles et de valoriser son esthétique. En plus de la beauté de sa matière, le chêne dispose d'atouts très intéressants.
Le principal élément fort de son image est sa solidité, qui s’explique par sa masse volumique située entre 700 et 800 kg/m³.
La présence d’une forte proportion de tanin dans le bois de chêne lui confère une grande durabilité, le bois de cœur résiste très bien aux alternances de sécheresse et d’humidité. Le chêne, exposé directement aux intempéries, a une espérance de vie de plusieurs siècles.
De plus, mauvais conducteur de chaleur, le chêne se déforme peu en cas d’incendie, un effondrement soudain n’est pas à craindre. Il offre une meilleure sécurité aux utilisateurs.

Partager
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone
 
Charpente en chêne vieilli
 
Charpente en chêne vieilli
 
Charpente traditionnelle en chêne vieilli
 Charpente traditionnelle en chêne vieilli vue de l’intérieure une fois toutes les pièces de structure assemblées.
Charpente traditionnelle en chêne vieilli
Les chevrons sont disposés avant de recevoir  l’isolation « sarking », l’écran de sous-toiture, ainsi que la couverture en tuiles.
Charpente traditionnelle en chêne vieilli
Pose des pannes faîtières intermédiaires et des sablières. Les pannes faîtières sont posées horizontalement dans l’épaisseur des arbalétriers afin de gagner de la hauteur. Elles relient la ferme, les arêtiers et servent de support aux chevrons.
Des chevilles en bois de 20 mm de diamètre traversent totalement l’épaisseur de l’élément comportant l’assemblage tenon / mortaise afin de solidariser l’ensemble. 
Charpente en chêne vieilli
Charpente traditionnelle en chêne vieilli
La ferme est assemblée par tenons et mortaise en atelier. L’entrait (poutre horizontale) sert à réunir les arbalétriers (pièces obliques) et le poinçon (pièce centrale verticale). Cet ensemble triangulé est indéformable.